Contenu

Les situations d’alerte détaillées - Fiche numéro 2 : des traces visibles ou autre symptôme

 

  • Des indices visibles qui se traduisent par des lésions sur le corps laissant présumer des violences physiques : hématomes sur plusieurs parties du corps, traces de coups, de brûlures, de morsures, de griffures, fractures répétées…

  • Le refus explicitement exprimé de rentrer à la maison en fin de séjour, qui s’accompagne éventuellement d’un repli ou d’une attitude dépressive

  • Chez des enfants plus âgés, d’autres symptômes répétés peuvent se surajouter ou se manifester : manifestations suicidaires, passages à l’acte, automutilations diverses (scarifications), troubles alimentaires, dépression…



Ce sont les situations les plus difficiles.

Sans présumer de l’origine des indices physiques visibles (chute, accident ou actes de violences dont l’enfant est victime), ces signes sont graves et nécessitent d’être pris en compte immédiatement, avec tact et prudence.
Les lésions sur le corps sont des atteintes à l’intégrité physique du mineur qui requièrent dialogue, attention, soin et respect.

La protection de l’enfant prime


Si les violences se produisent pendant le séjour, il faut garantir la victime et les autres mineurs de tout contact avec l’agresseur, adulte ou enfant. Ce dernier (et non pas la victime) doit être isolé au plus vite. Le plus souvent les chambres d’isolement attenant au local d’infirmerie présentent les garanties requises.

Si les conditions matérielles de déroulement du séjour rendent difficile cet isolement, contactez au plus vite la DDCSPP ou la CRIPS.




La marche à suivre :


1) votre observation et les paroles de l’enfant sont les éléments les plus importants :

Lui demander ce qui s’est passé, sans être intrusif, est suffisant et vous indiquera s’il s’agit ou non d’un accident.
Faites appel à l’assistant sanitaire du séjour et/ou au médecin de proximité pour pratiquer les constatations (nombre, nature, emplacements des marques, nature et date présumée des coups). L’intimité de l’examen peut permettre de savoir où se sont déroulés les faits, s’il y a un auteur identifiable et toute autre information utile.


2) Appeler au plus vite

la CRIPS 65 : n° vert 0800 119 065

La coordonnatrice (ou son remplaçant) recueillera vos observations et les renseignements nécessaires à l’intervention spécifique à mettre en place pour la victime.
IMPORTANT : L’échange avec la CRIPS permettra de définir précisément les conditions et les modalités d’information du responsable légal de l’enfant.


la DDCSPP 65 –service JSVA

Mme Rozé ou Mme Foucault-Picart – Tél : 05 62 46 42 21 ou 05 62 46 42 33

(sinon laisser un message au secrétariat des accueils de mineurs 05 62 46 42 35)

pour faire le point de la situation au sein du séjour et évaluer les mesures à mettre en place au sein du séjour, en direction du groupe de mineurs, de l’équipe d’encadrement, etc…