Contenu

Seniors, pour votre sécurité, adoptez les bons réflexes !

 

Tel est l’un des arguments utilisé par les voleurs lorsqu’ils se font surprendre dans le jardin ou la maison. Et c’est ce qu’a vécu « Mme D.L. », en plein centre-ville de Tarbes, cette fin du mois de mai.

Dans ces deux cas, pas de vols car les victimes potentielles ont bien réagi, mais nous savons par expérience que ces délits au préjudice de la population senior ont toujours tendance à augmenter en cette période de l’année.
Après ces deux essais infructueux récents pouvant s’apparenter à des tentatives, il nous appartient de rappeler les mesures de précautions à prendre pour les différents délits susceptibles d’être commis au préjudice des personnes âgées.

Rappelons d’abord quelques exemples de méfaits pour lesquels les victimes sont très souvent des seniors :

Le vol dit « à la détourne » :

L’objectif pour le délinquant est de repérer le code confidentiel d’une personne lors d’un retrait au distributeur de billet ou d’un règlement à la caisse d’un magasin, puis de suivre sa victime pour lui dérober sa carte bleue en détournant son attention. Ces vols se pratiquent souvent à deux ou trois personnes, dont un guetteur.

Le vol « à la fausse qualité », appelé aussi « vol par ruse » :

Un ou des malfaiteurs se présentent au domicile, ou sur le trajet du domicile en se faisant passer pour des professionnels d’un métier et affirment devoir pénétrer chez vous. Une fois sur place, pendant que l’un d’entre eux accapare l’attention de la victime, les complices dérobent bijoux, numéraires, ou bronzes. Les scénarios sont bien rodés. Ils se font passer pour des agents des eaux, de mairie, des agents EDF, des élagueurs et prétextent aussi parfois la perte d’un chat ou d’un autre animal de compagnie. Il leur arrive de se présenter aussi au domicile des victimes en tant que policiers, munis de fausses cartes tricolores en déclarant avoir interpellé un voleur, espérant ainsi obtenir des informations sur ce qui peut être encore caché pour le
voler ensuite.

L’escroquerie lors de démarchages à domicile :

Il s’agit là, non plus de voleurs, mais d’individus mal intentionnés qui souhaitent abuser de la faiblesse de leurs victimes ou de la crainte qu’ils inspirent, pour proposer des objets ou des services en les surfacturant de manière considérable. Ainsi, il peut tout aussi bien s’agir de travaux de jardinage, comme de nettoyage de toitures ou de murs, ou bien de vente de matelas ayant peu de valeur et vendus à des prix exorbitants.

« L’escroc au rétroviseur » : le faux accident !

Les délinquants simulent un accident avec l’automobiliste en le serrant de près, en déclarant la plupart du temps que leur rétroviseur est cassé ou que leur carrosserie a été rayée dans la manoeuvre. Plutôt que de faire un constat amiable ils prétextent le risque de surprime d’assurance pour demander à la victime de régler immédiatement et en espèces. Très convaincants, ils vont parfois jusqu’à suivre les victimes jusqu’à leur banque lorsque celles-ci doivent retirer de l’argent, ou bien les accompagnent à un distributeur de billets. Le préjudice peut se monter selon les cas à plusieurs milliers d’euros. Tout est une question de persuasion de la part de l’escroc, voire d’intimidation. Les auteurs sont souvent plusieurs dans leur véhicule, ou bien un complice peut se tenir à proximité pour témoigner de la bonne foi de l’escroc.

Comment vous préserver de ces méfaits :

  • Ne laissez pas quelqu’un s’approcher de vous lorsque vous composez votre code confidentiel de carte bleue. Attendez qu’il(elle) s’éloigne et masquez vos gestes.
  • Ne laissez pas pénétrer chez vous des inconnus qui vous ont abordé dans la rue. Cherchez à entrer dans un lieu public tel qu’un commerce pour ne pas rester seul.
  • N’ouvrez pas votre porte à des inconnus. Pour cela vous pouvez utiliser un judas et un entrebâilleur.
  • Si des individus sont entrés sans que vous n’ayez pu vous y opposer, n’hésitez pas à faire appel immédiatement à vos voisins, voire à vous rendre chez eux pour faire appel à nos services.
  • Dès que vous avez un doute, téléphonez au « 17 » pour solliciter une intervention de la Police.
  • N’acceptez pas de travaux immédiats. Demandez un devis et prenez un rendez-vous pour un jour et une heure où vous n’êtes pas seul(e).
  • Effectuez un contre-appel par votre téléphone sur le numéro qui vous est communiqué sur le devis.
  • Sachez que pour tout démarchage vous disposez d’un délai de 7 jours pour vous rétracter.
  • Si des individus sont insistants lors d’un démarchage, faîtes appel à la Police.