Contenu

Prix de la vocation scientifique et technique 20 mars 2012

 

Il est de fait établi que les jeunes ne s’orientent pas suffisamment vers les filières scientifiques. C’est encore plus vrai pour les jeunes filles, alors même que l’évolution de la société, la scolarité obligatoire et la mixité font qu’aujourd’hui elles ont accès à toutes les filières et à quasiment toutes les professions.
Elles se tournent plutôt vers les universités que vers les grandes écoles, vers les lettres que vers les sciences, et en sciences plutôt vers la biologie que les sciences « dures » et la technologie.
Après le baccalauréat, 75% des élèves des filières littéraires sont des filles, pour 30% des élèves scientifiques.
Seulement 26% des diplômes d’ingénieur sont délivrés à des femmes.

Pourquoi cette désaffection pour les filières techniques et scientifiques ?
En jeu : le poids des représentations, l’absence de référentiel. Les filles comme les garçons intériorisent les stéréotypes. Aux garçons la force, le sens pratique et l’aptitude aux sciences ; aux filles la préoccupation des autres et les qualités littéraires.
Des représentations ancestrales sur les rôles respectifs des femmes et des hommes transmises par l’environnement familial, éducatif... dès la petite enfance. Aller au-delà des idées reçues demande alors un effort considérable pour celles qui font ce choix.
Les a priori ont la vie dure.

Mais les choix des filières et des disciplines ne sont pas sans conséquence pour l’emploi
Aujourd’hui en France, l’absence de diversification des choix professionnels freine l’entrée des femmes dans la vie active. Elles se concentrent sur un nombre très limité de secteurs d’activités, essentiellement les métiers du tertiaire (services aux personnes, services aux entreprises, commerce, administrations…), souvent peu rémunérés, et dans lesquels il y a peu de perspectives d’évolution de carrières.
Les femmes sont davantage touchées par le chômage et plus longtemps que les hommes. Elles représentent 53,1% des demandeurs d’emploi en janvier 2012 pour notre département.

Il faut donc encourager les jeunes filles à aller vers les filières scientifiques et techniques plus intéressantes en termes de débouchés professionnels, de rémunération et pour certaines plus prestigieuses.
Les pouvoirs publics soutiennent, chaque année, 650 jeunes filles aux parcours scolaires et aux choix d’orientation vers des formations scientifiques et techniques remarquables à travers le Prix de la vocation scientifique et technique des filles. En 2011, trois lauréates du département des Hautes-Pyrénées se sont vues attribuer ce prix de 1 000 euros :

  • Hélène RAVILY, étudiante à l’INSA de Toulouse (classe préparatoire intégrée).
  • Noémie HEITZ-MARIE-SAINTE, étudiante en prépa TSI au lycée Louis RASCOL d’Albi.
  • Rebecca Marianne VIGNOLS, étudiante à l’université de Cambridge (sciences naturelles physiques).

La campagne 2012 débute. Les jeunes filles élèves de terminales qui s’orienteront après le Bac vers des études scientifiques ou techniques peu féminisées peuvent concourir.
Les dossiers sont à retirer auprès de votre professeur principal ou de la : Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations/ Mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité/Cité administrative Reffye - BP 41740/ 65017 Tarbes cedex 9