Parc National des Pyrénées

Contenu

Parc National des Pyrénées

 

Le Parc national des Pyrénées a été créé par le décret du 23 mars 1967 modifié par le décret du 15 avril 2009. D’une longueur de 100 kilomètres, il couvre 2 départements (Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées) et 2 régions (Aquitaine et Midi-Pyrénées). Il s’étend du Gave d’Aspe à la Neste d’Aure, le long de la crête frontalière à l’Espagne. Sa largeur est comprise entre 800 mètres à 10 kilomètres. Seul parc national dans le massif pyrénéen, il s’étend sur 45 707 hectares de territoire d’altitude ne descendant jamais au-dessous de 1000 mètres et culminant à 3 298 mètres à la Pique Longue du Vignemale.

Côté espagnol, le Parc national d’Ordesa Mont Perdu (créé en 1918) a une étendue de 15 608 hectares et 100 000 hectares de réserves nationales de chasse.
Cet espace préservé est complété par deux réserves naturelles nationales dont la gestion est confiée au parc national, bien que situées hors du cœur du parc national : la Réserve naturelle nationale du Néouvielle (2 313 hectares) en vallée d’Aure et la Réserve naturelle nationale des vautours fauves d’Ossau (83 hectares).

Le Parc national des Pyrénées est organisé en deux zones :
- Un cœur de 457 km2
Il est dépourvu d’habitants permanents et fait l’objet d’une réglementation spécifique de protection des espèces, des habitats et du patrimoine culturel. Dans cette zone s’exercent les activités traditionnelles telles que le pastoralisme et la sylviculture.
Le coeur se développe sur le territoire administratif de 15 communes (6 communes en Béarn et 9 en Bigorre). Les collectivités (communes et commissions syndicales) y sont propriétaires de 97% des terrains, en raison du mode collectif de gestion sylvo-pastorale.

- Une aire d’adhésion de 2 064 km2 répartie sur 6 vallées, Aspe, Ossau, Azun, Cauterets, Luz, et Aure
Environ 40 000 habitants vivent dans l’aire d’adhésion. Le parc national y met en oeuvre une politique contractuelle de valorisation du patrimoine. Ce territoire est composé de 86 communes (30 en Béarn et 56 en Bigorre) au développement économique diversifié (agriculture, forêts, pastoralisme, thermalisme, tourisme d’été et d’hiver, industrie, services et tertiaire).
Ces vallées, où la présence de l’homme est forte, renferment également d’exceptionnelles richesses naturelles et culturelles, constituant l’enjeu des politiques de développement durable.