Contenu

Faucardage

 

Le faucardage est une action curative qui consiste à couper les végétaux aquatiques en surnombre dans le lit mineur du cours d’eau.

En effet, les apports conséquents d’éléments nutritifs d’une végétation parfois excessive, associés au manque d’ombrage de l’eau et à la présence d’obstacles qui bloquent les sédiments, sont autant de facteurs qui permettent la prolifération de la végétation aquatique.

Les impacts liés peuvent être :
- un phénomène de sédimentation : l’accumulation de végétation ralentit le cours d’eau et favorise son envasement et son eutrophisation
- l’accentuation du risque d’inondation : par montée de la ligne d’eau lors des crues et des orages estivaux.

Le faucardage ne doit être mené qu’à titre exceptionnel, dans le cadre d’une gestion à court terme d’un problème ponctuel, car son action curative est de courte durée.
Des solutions durables existent notamment en réduisant la section d’écoulement avec la création d’un lit mineur d’étiage ainsi qu’en favorisant l’ombrage du cours d’eau et en réduisant les rejets excédentaires en matières organiques (pollution d’origine domestique ou agricole).

Sauf les cas particuliers d’une intervention ponctuelle telle que la largeur d’un godet de pelle mécanique (œuvrant depuis la rive), le faucardage nécessite un dossier au titre de la loi sur l’eau, qu’il soit manuel ou mécanique. Celui-ci peut concerner des interventions pluri-annuelles dans la limite de dix années.

Un formulaire simplifié pour une opération annuelle est disponible : fiche faucardage v072021 form 2 (format pdf - 207.9 ko - 31/08/2021) / fiche faucardage v072021 form 2 (format ods - 28 ko - 31/08/2021)

Lors d’une opération de faucardage, certaines règles sont à respecter :
• l’utilisation de produits chimiques est interdite

• retirer les résidus de faucardage pour ne pas polluer l’eau lors de la décomposition des végétaux et pour éviter leur prolifération par bouturage ainsi que l’obstruction du lit et des ouvrages en aval, et ne pas les stocker en bord de cours d’eau

• pour éviter les matières en suspension et le colmatage du milieu :
- progresser de l’aval vers l’amont, cela permet également de bien visualiser les herbiers,
- adapter la fréquence de faucardage avec une alternance de phases dites d’eau claire et d’eau sombre : stopper le faucardage le temps que l’eau retrouve une couleur normale si besoin,
- augmenter le débit dans le canal lors de l’intervention

• laisser une zone d’alimentation et de cache suffisamment importante pour nourrir la faune présente dans le cours d’eau. Généralement on suit la règle de 1/3 de sol et 2/3 en herbe

• intervenir selon le cycle vital des espèces que l’on veut éliminer et éviter les interventions durant les phases de reproduction et de développement des poissons et les périodes de nidification des oiseaux d’eau

• pour éviter la dissémination d’espèces exotiques envahissantes
- en cas de présence sur les berges (renouée du Japon) : les faucher avant (ne pas les broyer) et les évacuer,
- en cas de présence dans l’eau (jussie) : les exporter en camion bâché vers une décharge autorisée

Contact à la DDT au Service Environnement, risques naturels, eau et forêt / bureau Ressources en eau
téléphone : 05 62 51 40 89
courriel : ddt-lse@hautes-pyrenees.gouv.fr