Contenu

Exercicice avalanche du 18 mars 2019

 

Lundi 18 mars, plus de 85 personnes ont participé à l’exercice "avalanche" organisé par la préfecture en collaboration avec la station de Piau-Engaly  : personnel de la station, services de secours en montagne (CRS Pyrénées et PGHM), gendarmes, associations de sécurité civile (FFSS et ADPC), cellule d’urgence médico-psychologique et personnel de la préfecture.

Ces exercices, réalisés chaque année, ont pour objectif d’entraîner les personnels des stations à rechercher et secourir des skieurs ensevelis sous une avalanche, et de s’insérer dans un dispositif plus important dès l’arrivée des services de l’État.

Cette année, les techniques de recherche ont été appliquées en ateliers dès le matin puis l’exercice de l’après-midi a été orienté les thématiques de la gestion de la communication et l’accueil des familles des victimes, en complément du secours aux victimes.

La politique nationale d’exercices territoriaux :

L’instruction ministérielle relative aux exercices territoriaux de gestion de crises « orientations et programmation pour la période 2019-2021 », définit les thèmes prioritaires devant être travaillés par l’ensemble des services concourant en matière de sécurité civile et justifiant la programmation des exercices préfectoraux durant la période considérée. Elle fixe un objectif d’un exercice réalisé par trimestre.

Dans les Hautes-Pyrénées, l’objectif de 4 exercices par an est généralement tenu. Lorsque cela n’est pas le cas, cela s’explique notamment par la multiplication des crises réelles qui, par définition, nécessitent de faire travailler ensemble tous les services concernés.

À titre d’illustration, en 2018, 5 exercices ont été joués :
- avalanche, à Val Louron (terrain) ;
- corridor d’extraction (terrain) ;
- plan particulier d’intervention (PPI) grands barrages (mixte) ;
- spéléo-secours (terrain) ;
- plan NRBC (nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques) (cadre).

L’exercice avalanche

La planification des exercices doit prendre en compte les risques locaux. Ceux liés à la neige ne peuvent être négligés dans le département. Ils justifient l’organisation d’un exercice « avalanche », chaque année dans une station différente. Il s’agit, dans un premier temps, d’entraîner les personnels des stations à rechercher et secourir des skieurs ensevelis sous une avalanche, puis à s’insérer dans un dispositif plus important dès l’arrivée des services de l’État.
En 2018, les opérations de recherches avaient été complétées par l’activation du plan NoVi (nombreuses victimes) et l’intervention du SDIS et du SAMU.

Le plan de secours de la station est alors testé.

Chaque station de ski (dont celle de Piau-Engaly) dispose d’un plan de secours qui définit l’organisation devant être mise en œuvre pour faire face efficacement aux événements graves pouvant survenir dans les stations.
Sa rédaction est pilotée par la préfecture, il est adapté localement par les services des stations et arrêté par les maires des communes concernées, avec le concours des services experts. En complément, les stations sont visitées tous les 2 ans par un groupe de travail animé par les services de la préfecture, sous la présidence des maires concernés, autorités de police responsables des secours dans la commune.

Les objectifs de l’exercice avalanche du 18 mars 2019

En 2019, en parallèle de ces opérations de secours, les personnels de la station, avec le concours des élus, associations de sécurité civile et autres opérateurs compétents, seront chargés de gérer les problématiques de communication et de gestion des proches des victimes.

Les récentes crises de sécurité civile ont démontré les exigences croissantes du public en matière de diffusion de l’information sur la gestion de l’événement. De même, le besoin de prise en charge des proches des victimes est un élément – bien que n’étant pas nouveau – sur lequel tous les acteurs ont besoin de s’améliorer.

Les enseignements de l’exercice permettront de faire évoluer non seulement les plans de secours station mais également les modalités de prise en charge de ces problématiques à l’occasion de toutes les crises qui interviendront dans le département.