Protection animale

Contenu

Bien être des animaux d’élevage

 

Élever des animaux (bovins, volailles, moutons, porcs, poissons, etc. ) à des fins alimentaires est une nécessité. Cet élevage doit se faire dans des conditions compatibles avec le bien-être animal, y compris dans les bâtiments d’élevage industriel. Respecter les animaux, c’est aussi garder une harmonie avec la nature et avec l’environnement.

 

Les services vétérinaires veillent à la bonne application du dispositif réglementaire relatif aux conditions d’élevage des animaux. Ils ont accès aux locaux et installations où se trouvent des animaux afin de contrôler le respect des conditions du bien-être animal fixées par la réglementation. Ils effectuent des contrôles réguliers ou des enquêtes ciblées dans les élevages et peuvent dresser des procès-verbaux en cas d’infractions ou retirer les animaux qui sont victimes de mauvais traitements, dans l’attente du jugement.

Le confort des animaux en élevage :

- Les bâtiments et locaux doivent être propres et construits de manière à ne pas blesser les animaux et à respecter leur comportement.

- En plein air, ils doivent être protégés des intempéries et des prédateurs.
- Les équipements automatiques doivent être régulièrement contrôlés.
- L’alimentation et l’abreuvement doivent être sains et adaptés.
- Le bien-être nécessite une attention et une vigilance régulière de l’éleveur.
- Des registres d’élevage sont régulièrement tenus.
- Le personnel qui s’occupe des animaux doit être compétent.
- Les interventions sur les animaux doivent être limitées.

Sur les foires et les marchés :

La conception des marchés détermine les conditions de confort des espèces animales présentées. C’est pourquoi l’amélioration des installations et des équipements permet de limiter les souffrances éventuelles des animaux présentés.

Les agents des services vétérinaires veillent aussi à ce que les animaux exposés ne soient pas victimes de mauvais traitements ou de brutalités.

Les marchés doivent faire l’objet d’un agrément et être équipés de façon à permettre l’abreuvement des animaux toutes les huit heures au minimum. Clôtures, obstacles naturels, dispositifs d’attache ou de contention doivent être prévus en nombre suffisant pour éviter tout risque d’accident.

Il est interdit de :

- présenter des animaux malades ou blessés,
- garder en plein air des animaux tels que vaches, moutons, chèvres et chevaux lorsqu’il n’existe pas de dispositifs les protégeant des variations climatiques.

Lors des transports d’animaux vivants :

Des règles s’appliquent également lors des déplacements d’animaux en fonction des espèces et des distances parcourues. Selon les cas, les services vétérinaires délivrent des autorisations relatives aux moyens de transport et des certificats d’aptitude aux personnes chargées de convoyer les animaux et en vérifient la validité lors de leurs contrôles.